false;


Rechercher sur le site

Rechercher un article parmi les revues






effacer Rechercher

Aide sur le moteur de recherche

227

1er mars 2012

227

Et nous voilà partis sur les traces de l’enfant lecteur, auteur, critique ! Nous avons d’abord rempli notre besace des nombreuses connaissances des membres du Groupe national Etamine [1] de l’OCCE. Katell Tison-Deimat nous a alors prévenus : « C’est un chemin d’humanité [2], un chemin de culture, au sens large et généreux. Il est long et plein de belles surprises ! ». Nous avons accepté le merveilleux guide qu’elle nous proposait : Yvanne Chenouf, de l’Association Française de Lecture. Nous pouvions commencer notre voyage, destination : le pays des enfants lecteurs et donc auteurs (tant le lire et l’écrire sont liés) et, bien sûr, critiques (qui nécessite une évolution des postures de lecture).
Nous avons donc suivi Yvanne, notre muse inspirée, « impressionnante de culture et de militantisme ». Grâce à elle, nous avons fait de belles rencontres avec des livres, des auteurs, des éditeurs et des formateurs qui nous ont fait appréhender toute la richesse de la lecture en réseau et montrer comment, grâce à la médiation culturelle, des enfants et des adolescents pouvaient retrouver le goût d’apprendre. Qu’elle en soit grandement remerciée.
Nous sommes allés dans les classes, les écoles, un IME, des bibliothèques… voir ces autres passeurs essentiels, découvrir leurs projets, leurs démarches, leurs pratiques… Nous avons pu constater que tous ces « passeurs de littérature » partageaient la même envie, les mêmes objectifs : aider les élèves à grandir, à s’imprégner de culture, à se poser des questions existentielles, à entrer en littérature par la grande porte afin de penser le monde. Aider à ce que, grâce à la lecture, dans le cadre d’une mise en réseau ou d’un parcours littéraire, ces enfants découvrent que les réponses, leur propre réponse, peuvent se trouver dans les livres, les mythes, les textes fondamentaux ou ces albums dont la complexité du récit ou de l’illustration sont autant d’invitations à réfléchir, se distancier, dépasser le stade de l’identification au personnage…
Mais le temps passait, les pages se remplissaient et nous n’avions pas même abordé l’enfant auteur ! Alors, reprenant notre bagage, bien plus rempli maintenant, nous repartîmes… pour écrire la suite d’un même acte.

Marie-France Rachédi

[1] En savoir plus : http://www.occe.coop/federation/nos-actions/etamine.

[2] En référence au stage « Littérature de Jeunesse, un chemin d’humanité » que Katell Tison-Deimat, animatrice Art et Culture de l’OCCE, a animé du 05 au 07 décembre 2011.

S’inscrire à la newsletter

Ce formulaire est utilisé pour l'inscription ou la désinscription

Valider

Les prochains dossiers

contribuer
Revue de presse
“éducation” sur le site de
la fédération OCCE

Les 5 derniers numéros

  • Développer la coéducation dans les territoires
  • Classe inversée : l’éducation nouvelle 2.0
  • L’Economie Sociale et Solidaire dès l’Ecole
  • Eduquer aux et par  les médias et l’information
  • [R]accrochage scolaire : que peut la pédagogie ?