false;


Rechercher sur le site

Rechercher un article parmi les revues






effacer Rechercher

Aide sur le moteur de recherche

Une sérieuse ambition éducative

10 septembre 2013

Une sérieuse ambition éducative

Par Eric Weill Président de l’OCCE

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République a une sérieuse ambition éducative. Elle prendra toute sa force quand elle sera accompagnée des décrets d’application, et notamment de ceux concernant la refonte annoncée des programmes de l’école, des collèges, des lycées ; dans cet ordre. Pour autant, elle annonce, sur de nombreux points, une nouvelle donne... lire la suite

Par un effet (heureux ?) de calendrier, nous étions en pleine université d’été, à Narbonne, quand a été promulguée la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République. Cette concomitance des temps voudrait-elle suggérer celle des idées ?

Cette loi, « fondatrice » d’une réelle évolution de l’Ecole de la République, a une sérieuse ambition éducative visant à l’émancipation des élèves et, pour finalité, une transformation de la Société, avec plus de justice, plus de solidarité ; c’est un pari sur l’avenir. Elle prendra toute sa force quand elle sera accompagnée des décrets d’application, et notamment de ceux concernant la refonte annoncée des programmes de l’école, des collèges, des lycées ; dans cet ordre. Pour autant, elle annonce sur de nombreux points une nouvelle donne -dont l’OCCE ne peut que se réjouir. J’en cite quelques-uns, inscrits dans les principes de cette loi :

 « [le service public de l’éducation] reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser » : nous n’avons de cesse de le rappeler, et c’est la base de toute pédagogie coopérative : faire ensemble pour que tous progressent.

 « Le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité. » : comment mieux dire la place que les élèves doivent avoir dans la future société que nous construisons ensemble ? C’est l’enjeu de l’Ecole d’aujourd’hui, nous le partageons.

 « Par son organisation et ses méthodes, comme par la formation des maîtres qui y enseignent, il favorise la coopération entre les élèves » : la pédagogie coopérative est ainsi reconnue dans sa finalité, dans ses apports, dans sa philosophie comme support et fondement de travail du service public de l’éducation, notamment, mais pas exclusivement, pour ce qui est de la formation des enseignants ! Quelle avancée !

D’autres points pourraient être repris qui vont dans le sens des valeurs et des actions promues et développées depuis si longtemps par le mouvement OCCE. Nous en avons d’ailleurs eu confirmation au cours de cette université d’été narbonnaise, première d’une série de trois sur le thème « Envie d’école, goût d’apprendre » : conférences de haut niveau, ateliers participatifs dynamiques et tables rondes se sont succédé sur un rythme apprécié ; et grâce au travail de préparation d’une équipe engagée, cette université d’été coopérative a été vécue avec beaucoup de profit par tous ses participants -intervenants compris. Il n’était que de constater la liberté de parole des uns et des autres (inspecteur général ou chargé de mission compris) pour en apprécier mutuellement la qualité d’échanges et de formation vécues.

Le numéro double d’Animation & Education de Juillet-Octobre 2013, relate l’ensemble des interventions de cette université d’été ; « apprendre sans violence » est le fondement de ce qui devrait gouverner le système éducatif ; l’enjeu est fondamental, le chemin à parcourir important ; les militants de l’OCCE ont du pain sur la planche.

Le mouvement OCCE, avec cette loi promulguée, avec ce support des universités d’été ouvertes à tous, a de quoi travailler, approfondir et développer ses idées, ses actions, ses valeurs. Il le fera d’autant plus qu’il aura la confiance de tous : parmi ceux-ci, je pense notamment aux financeurs d’Etat, ceux qui nous engagent à travailler « coopération » et ne doivent pas nous décevoir dans les aides fournies -cette année comme dans le futur.

La coopération est une affaire d’élèves, mais aussi de système ; faisons en sorte que les élèves aient plaisir à être et apprendre à l’école ; faisons en sorte que les enseignants aient plaisir à être ensemble, à coopérer, à enseigner.

Bonne rentrée à chacun.

Eric Weill


S’inscrire à la newsletter

Ce formulaire est utilisé pour l'inscription ou la désinscription

Valider

Les prochains dossiers

contribuer
Revue de presse
“éducation” sur le site de
la fédération OCCE

Les 5 derniers numéros

  • Développer la coéducation dans les territoires
  • Classe inversée : l’éducation nouvelle 2.0
  • L’Economie Sociale et Solidaire dès l’Ecole
  • Eduquer aux et par  les médias et l’information
  • [R]accrochage scolaire : que peut la pédagogie ?