false;


Rechercher sur le site

Rechercher un article parmi les revues






effacer Rechercher

Aide sur le moteur de recherche

178

9 novembre 2011

178

« La grammaire est un jeu d’enfant » [1], voire « une chanson douce »1… Alors, pourquoi son enseignement, comme celui de l’orthographe ou de la conjugaison, a-t-il fait souffrir -et continue encore à le faire- des générations d’élèves ? Peut-être parce que l’approche était -est !- ennuyeuse, abstraite, dépourvue de sens : amoncellement de règles à apprendre par coeur et à appliquer dans des exercices rébarbatifs.

Les programmes pour le cycle 2 et, surtout, pour le cycle 3, de février 2002, introduisent une nouvelle démarche plus dynamique, plus coopérative de l’apprentissage de la grammaire, de la conjugaison, de l’orthographe et du vocabulaire en demandant aux enseignants de procéder, avec leurs élèves, pendant 1h30 par semaine, à une « observation réfléchie de la langue ». Tous les spécialistes interrogés dans ce dossier saluent cette évolution (voire révolution) avec force.

MAIS ! Sur le terrain, les enseignants s’interrogent -et à juste titre- sur cet aspect particulier des programmes : est-ce un champ disciplinaire ? Comment le mettre en place dans l’organisation de l’enseignement ? Comment faire en 1H30 ce que je faisais avant en 4 ou 5 heures ? Inquiétudes justifiées car, une nouvelle fois, on constate que des nouvelles directives sont impulsées sans qu’aucune formation supplémentaire des enseignants devant les appliquer, ni aucun accompagnement pédagogique, sur le terrain ne soient mis en oeuvre.

Ce dossier entend, d’une part, « démystifier » cette nouvelle approche en l’explicitant ; d’autre part, montrer son réel intérêt pour la formation intellectuelle des élèves et, enfin, apporter quelques réponses aux enseignants en présentant des pistes simples, concrètes, facilement transférables de mise en oeuvre de cette observation.

Marie-France Rachédi

[1] « La grammaire est un jeu d’enfant », Pascal Bouchard, Marie Petaut-Bouchard, Calman Lévy, 1997. « La grammaire est une chanson douce » Erik Orsenna, de l’Académie Française. Editions Stock, 2002 (pour les commentaires sur ces ouvrages, voir articles p.15).

S’inscrire à la newsletter

Ce formulaire est utilisé pour l'inscription ou la désinscription

Valider

Les prochains dossiers

contribuer
Revue de presse
“éducation” sur le site de
la fédération OCCE

Les 5 derniers numéros

  • Développer la coéducation dans les territoires
  • Classe inversée : l’éducation nouvelle 2.0
  • L’Economie Sociale et Solidaire dès l’Ecole
  • Eduquer aux et par  les médias et l’information
  • [R]accrochage scolaire : que peut la pédagogie ?