false;


Rechercher sur le site

Rechercher un article parmi les revues






effacer Rechercher

Aide sur le moteur de recherche

180

9 novembre 2011

180

Individualisme, compétition, concurrence, « consumérisme »… sont des valeurs que beaucoup rejettent, dénoncent, déplorent même, tout en reconnaissant qu’elles régissent de plus en plus notre société. Contre ces maux, l’Ecole ne peut, certes, agir seule mais peut agir. Or, jusqu’à présent, la majorité des traitements apportée par notre système éducatif amplifie cet état de fait car c’est d’abord à l’école que l’on apprend à travailler, penser et agir individuellement dans un système d’évaluation compétitive, voire de marché concurrentiel : les stratégies parentales ne manquant pas pour réussir à inscrire son enfant dans la meilleure école, le meilleur collège ou lycée. Alors, pourquoi ne pas commencer par changer l’Ecole pour changer la Société ? Cette Ecole, on ne le rappellera jamais assez, où sont formés les futurs citoyens, ceux qui décideront et porteront les valeurs de la société du XXIème siècle ? Mais peut-on changer l’Ecole et comment ?

Ce sont ces questions essentielles que nous abordons dans ce dossier sur « Quelle Ecole pour quelle Société » ? Les réponses existent, comme le prouvent les articles de Jean- François Vincent, François Dubet, Philippe Meirieu, Claire Héber-Suffrin, Paulette Maillard et Stéphane Ehrlich. Et, la première des réponses est simple, il faut faire des choix éducatifs clairs, précis et se donner les moyens de les appliquer. Il faut dire ce que l’on attend de cette scolarité obligatoire, définir un socle commun de connaissances et faire en sorte que tous les élèves, à la fin de la scolarité, le maîtrisent, il faut recentrer l’Ecole sur la réussite de tous les élèves… C’est aux enseignants, bien sûr, d’aider à mener ce difficile combat de changer l’Ecole pour améliorer la Société -et beaucoup de militants des mouvements pédagogiques le font en adoptant des pratiques basées sur l’entraide, la solidarité, l’échange…- Mais c’est d’abord aux élus, représentants des citoyens de ce pays, de prendre leurs responsabilités et de définir des objectifs éducatifs qui permettront de former des citoyens éclairés et de construire la société de demain. Les Français se sont exprimés lors du Débat national sur l’Ecole. La Commission chargée de la mise en oeuvre et de la synthèse de ce débat rendra prochainement son rapport contenant des recommandations et propositions basées sur cette expression des Français. Les gouvernants devront faire des choix qui tiennent compte des résultats de ce débat et, pour reprendre les propos de Philippe Meirieu, choisir « l’Ecole dont les principes permettent l’avènement et le renouvellement de la démocratie ». Sinon ? Eh bien, notre système éducatif évoluera vers les situations extrêmes décrites dans l’étude de l’OCDE et présentée par David Istance : la bureaucratisation exacerbée, la pénurie d’enseignants, la déscolarisation induite par le développement des « home school » et l’extension du système des marchés. Alors, arrêtons l’hypocrisie scolaire ! Messieurs les gouvernants, prenez vos responsabilités, vous êtes élus pour cela !

Marie-France Rachédi et Robert Touati

S’inscrire à la newsletter

Ce formulaire est utilisé pour l'inscription ou la désinscription

Valider

Les prochains dossiers

contribuer
Revue de presse
“éducation” sur le site de
la fédération OCCE

Les 5 derniers numéros

  • Développer la coéducation dans les territoires
  • Classe inversée : l’éducation nouvelle 2.0
  • L’Economie Sociale et Solidaire dès l’Ecole
  • Eduquer aux et par  les médias et l’information
  • [R]accrochage scolaire : que peut la pédagogie ?